19 février 2013

Salon vert ....

A l'invitation de l'ami Jean-Luc qui avait quelques photos utilisées pour la déco des lieux, je suis allé au "Salon de l'habitat naturel"

Il y avait l'invitation mais également l'envie de voir comment les mots de "Nature", "Bio", "Ecologie", etc.... étaient utilisés dans un cadre commercial.

Je vous mets un patchwork de la documentation récupèrée.

salon bio

L'année dernière j'avais fait une petite conf/diaporama sur l'utilisation de la nature dans la pub ...

Exemple tout frais avec l'image ci-dessus et cette représentation du paradis perdu illustré par l'incontournable Eve, blonde et allongée dans les herbes (fourmis et aoûtats passez votre chemin ...).
Les mots "vie" et "santé" sont très présents, ça c'est pour le mythe de la nature qui redonne l'éternelle jeunesse !  Mais ça doit marcher vu le nombre de stands avec remèdes naturels, massages divers (manuels ou mécaniques mais corrects), cuisine et produits bio ! Dans les produits de bouche j'ai noté l'extraordinaire "brosse à dents aux ions négatifs" ! 

Toute une aile de l'expo était consacrée à cette partie "bien-être", l'autre aux énergies renouvelables, constructeurs "éco", paysagistes éco-responsables,  etc ...

Assisté à une conférence titrée " Créer son jardin sauvage, le rêve au quotidien". Déjà, un intitulé comme celui-ci, avec 2 mots accolés bien que contradictoires, "créer" et "sauvage", ça ne pouvait que m'intéresser ....

Mais l'animateur, Eric Pigeon, s'en est bien sorti en expliquant d'entrée que le vrai jardin sauvage, c'est celui où la main de l'Homme ne met pas le pied, la nature se débrouillant très bien toute seule.
Il s'agit plutôt de créer un jardin en tenant compte de divers facteurs environnementaux et éthiques et de garder à l'esprit une envie "d'émerveillement" comme peut en donner une nature réellement sauvage.
La suite de la présentation montrait l'importance de ce type de réalisation dans toute la démarche environnementale engagée pour lutter contre disparition de la biodiversité et réchauffement climatique.  Un peu l'histoire du colibri ....

Je n'ai pas regretté mon après-midi d'autant que les crèpes bio sont excellentes ....

 

 

 

 

Posté par YMDS à 18:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 décembre 2012

Coup de pot pour la biodiversité ....

Un petit tour dans le monde merveilleux des aménageurs urbains. La grâce verte les a touchés .... ils se préoccupent de la biodiversité ! Enfin, à leur façon ....

Quelques phrases relevées lors de la présentation, au demeurant fort intéressante, d'une démarche participative pour l'aménagement immobilier d'une vallée, en périphérie urbaine.

« Ce terrain est sans intérêt, c’est une friche. » 

« Le choix est de garder la partie naturelle, elle est composée de petits jardins »

« Nous aménagerons des espaces verts pour la biodiversité ».


Et bien sûr le traditionnel : "les maisons vont sortir de terre" !  On a échappé au "ça va pousser comme des champignons !"

Pour compléter cette vision d'un "aménagement respectueux de la nature et totalement inscrit dans le développement durable", voici l'image référence de tous les documents présentés.


pot amenagement nature

A elle seule, cette image résume toute une vision de la vie du paysage et de la biodiversité "sauce urbaniste".

 

Posté par YMDS à 18:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 mars 2011

Chamois et Chamois

Tout d'abord, en cette période de printemps propice à tous les émois, je vous conseille de lire l'excellent billet de "Chamois" sur le non moins excellent site de Paysan Heureux.

Ancienne photo d'un collègue à Chamois :

prairie_Chambon_taureau_0407

. 

.-----------------------

Ensuite une page de pub avec l'affiche (merci Jacqueline) réalisée pour ma petite conf'/diaporama de vendredi prochain.

affiche_diaporama_Nature_en_ville

 

Le titre du billet fait référence au Chamois de PH et aux Chamois Niortais,. Trop fort ....  ;o)

.

 

 

Posté par YMDS à 17:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 novembre 2009

La biodiversité et les pépettes

Quand le coût de la protection de la biodiversité ou plutôt de sa destruction commence à être chiffré ....

Extrait de Novethic

La biodiversité victime des subventions à l'industrie et à l'agriculture

Les résultats de la première étude évaluant le bénéfice économique de la biodiversité et des écosystèmes montrent l'urgence de réformer les politiques de subventions agricoles et industrielles. Pour l'économiste indien Pavan Sukhdev, responsable de l'étude, ces politiques sont responsables de la destruction massive des ressources naturelles.
« Dépassées, inefficaces et contre-productives ».  Les subventions destinées à l’agriculture, l’industrie de la pêche, mais aussi au secteur de l’énergie ou encore de la mobilité s’élèvent pourtant à près de mille milliards de dollars par an, soit 1% du produit intérieur brut mondial. Une large majorité de ces subventions sont responsables d’une destruction massive des ressources naturelles, démontrent les économistes et scientifiques auteurs de « L’économie des écosystèmes et de la diversité biologique » (The Economics of Ecosystems and Biodiversity - TEEB). Les auteurs ne manquent pas de rappeler que le rapport Stern, publié en 2006, estimait que 1%, précisément, du produit intérieur brut mondial suffirait déjà à juguler les effets négatifs du réchauffement climatique. Aussi est-il indispensable de réformer les politiques de subventions, estiment-ils.

(...)

Outre la réforme des subventions agricoles et industrielles préjudiciables à l’environnement, les auteurs de l’étude préconisent également la mise en place d’instruments de labellisation et de marché, une réglementation visant une véritable valorisation des biens et services relevant des écosystèmes, une multiplication d’espaces protégés, un usage plus conséquent du principe pollueur-payeur, ainsi qu’un investissement poussé dans des infrastructures écologiques. "Reconnaître et donner un prix aux services rendus par la nature à la société doit devenir une priorité pour les responsables politiques", explique encore Pavan Sukhdev à l'AFP. L’économiste estime ainsi qu’investir 45 milliards de dollars par an dans le développement de zones protégées sur terre et en mer permettrait d'assurer des bénéfices de l'ordre de 4 à 5,000 milliards de dollars par an après quelques dizaines d'années.

Article complet

biodiversite

Posté par YMDS à 19:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

25 novembre 2008

Biodiversité 1 et 2

Aujourd'hui, un peu de lecture à partir de cet excellent ouvrage :

« La biodiversité -  Tout conserver ou tout exploiter ? »

10 textes multidisciplinaires réunis par Marie-Hélène Parizeau avec, en annexes, la convention sur la diversité biologique et la déclaration de Rio (1992) - De Boeck Université - 1997

Aspects biologiques, économiques, juridiques et politiques de la diversité biologique.

----------

Deux conceptions antinomiques de la biodiversité (A. Micoud – p 142 à 147) : « Quelles sont, brièvement, ces deux conceptions de la biodiversité ? (…) j’appellerai la première « en somme ne rien faire », et la seconde, « en somme, tout cultiver ». (…)

Dans le premier cas, la biodiversité (…) est le résultat de la vie comme elle va. Elle est son seul et unique accomplissement autonome. (…). Dans cette conception, à la limite, la biodiversité n’a pas besoin de l’homme. (…) l’humanité n’est qu’une espèce vivante parmi les autres espèces vivantes.  (…) C'est-à-dire sommé d’abolir en lui tout ce qui fait sa différence, son accès aux figures précisément et, par elles, aux outils, au langage, à la pensée, à la mémoire, aux institutions.
(…) on devine pourtant bien qu’une autre solution est possible (et plus praticable) : celle qui commande de réfléchir d’abord sur l’étendue des massacres que fait subir à la biodiversité non pas la présence humaine, mais celle du système industriel débridé et de son processus d’écrasement de toutes les cultures (…).

La seconde conception. Dans ce cas la biodiversité est une richesse, ou une ressource c’est à dire qu’elle n’est rien sans l’usage qu’on en fait. (…) L’impératif du absolument-ne-rien-faire de tout à l’heure se transforme ici en celui du absolument-tout-gérer et, pour commencer, tout inventorier, tout mesurer, tout cartographier, du génome jusqu’à la biosphère dans sa totalité. (…) Dans cette seconde fiction, ce n’est plus l’homme qui est exclu mais la nature (du moins la nature en tant que cette notion fonctionne dans ce couple d’opposés qu’elle forme avec celui de culture humaine : c'est-à-dire qui fonctionne sans que l’homme y intervienne).

(…) vouloir cultiver tout le vivant ne se peut pas (non pas parce que la tâche est impossible mais parce qu’elle est contradictoire avec ce qu’est la vie), sans lui laisser des lieux où continuer sa vie propre, et donc sans s’absenter volontairement du projet même de cette totale maîtrise.

Ainsi (…) ces deux conceptions (…) en arrivent aux mêmes mesures pratiques que les uns appelleront des parcs ou des réserves et les autres de la conservation in situ. Et que toutes les deux s’accorderont finalement à subsumer sous un même mot : la sauvegarde du patrimoine naturel de l’humanité. »

---------

feuilles_couleurs_eau_QM_240908

Posté par YMDS à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 novembre 2008

Tout conserver ou tout exploiter ?

Biodiversité et relation à la nature, un livre indispensable :

« La biodiversité -  Tout conserver ou tout exploiter ? »

10 textes multidisciplinaires réunis par Marie-Hélène Parizeau avec, en annexes, la convention sur la diversité biologique et la déclaration de Rio (1992) - De Boeck Université - 1997

Aspects biologiques, économiques, juridiques et politiques de la diversité biologique.

----------

Utilisation de la diversité biologique (M.H. Parizeau – p 117) : « Depuis une vingtaine d’années, les ressources génétiques issues des plantes et des animaux des différentes parties du monde – en particulier des pays en développement – sont utilisées par l’industrie pharmaceutique pour fabriquer des médicaments, ainsi que par l’agro-industrie afin de contrer l’érosion génétique et améliorer le pool génétique des céréales et du bétail. La diversité biologique reste dans cette perspective, un réservoir encore peu exploité de ressources génétiques, mais qui, à cause des déforestations massives – surtout dans les forêts tropicales – risquent de disparaître. Par exemple, actuellement, en ce qui concerne les plantes médicinales, 119 substances chimiques sont extraites, pour fabriquer les médicaments, de 90 espèces de plantes sur les 21000 espèces à caractère médicinal répertoriées. Soulignons au passage que la connaissance du caractère médicinal de ces plantes provient très souvent de savoirs traditionnels de communautés autochtones. »

--------

--castillo_chemin_ete

Posté par YMDS à 15:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :