Vu un excellent film : "La bio-utopie" *. Reportage de quarante minutes sur le monde de la production "bio" avec de belles rencontres et une foule de pistes à creuser par la suite.

Point de départ : "j'en ai marre d'acheter dans les supermarchés -> je perds du temps, l'environnement est agressif, les produits alimentaires pas bons. Mais je n'ai pas assez d'argent pour manger bio. Que faire ?"

Et voilà les 2 reporters, caméra en main, partis à la rencontre de producteurs bio afin de comprendre leur motivation et leur intégration dans le circuit économique. Choix de personnages passionnants. Entrepreneurs d'une société choisie.

Deux exemples : l'une (c'est une dame), faisait déjà du bio sans le savoir et vendait ses agneaux à une grande enseigne sans en tirer le moindre bénéfice. Maintenant, elle est labellisé Bio et vend ses mêmes agneaux bien plus cher. Si économiquement ça va mieux, elle reste déterminée dans ses choix d'élevage et de vie.

L'autre est maraîcher. Il a mis cinq ans avant que son terrain, travaillé comme il faut, redevienne productif sans ajout chimique mais avec une vraire science de la nature. Faut apprécier la qualité de la terre quand il arrache ses carottes ! On le voit ensuite sur le marché et le plaisir des relations avec ses clients c'est autre chose qu'à la caisse du supermarché ! Il aborde un sujet important : la difficulté pour un agriculteur bio à acheter des terres trop souvent récupérées par l'urbanisme ou par une entreprise agricole classique.

Mais le film va également à la rencontre de structures plus élaborées telles une coopérative bio ou une AMAP(Association pour le maintien d'une agriculture paysanne).

Et toutes ces rencontres sont ponctués par les interventions d'un sociologue qui explique le changement radical du monde paysan après la deuxième guerre mondiale et d'un scientifique qui, lui, est sans concession sur la mauvaise qualité de notre alimentation industrielle.

J'arrête là et n'ajouterai qu'un mot concernant un petit escargot. La manière dont les humains vont le traiter montre toute l'approche de la nature que peut avoir un agriculteur bio, un vrai.

Quand même conclure par : on peut manger bio même quand on est pas bien riche. Faut se renseigner, changer quelques habitudes et préférer les circuits courts pour s'approvisionner.

* film qui commence à passer dans les festivals et programmations alternatives ou curieuses de l'évolution de la société.

2% des terres : part des terres agricoles consacrée à la production bio en France. Le marché étant bien supérieur, on importe .....

PS : alors que je pensai à l'écriture de ce post, j'entends, sur France Inter, Edgar Pisani et une autre personne parler des moyens de lutter contre la faim dans le monde. Le film, par sa démarche, apporte quelques idées et montre comment de plus en plus de personnes, ici, répondent simplement et sans faire de bruit à cette grave interrogation. Du développement durable, du concret. Plus tout à fait de l'utopie ....

stand_bio