Chasse – volet 3

Les chasseurs traversent les propriétés privées exploitées par les agriculteurs. Ces propriétés constituent les biotopes du gibier.

Il est donc indispensable que les chasseurs aient de bons rapport avec les exploitants même si leurs intérêts sont parfois contradictoires comme pour les dégâts causés par le gibier.

Pour compenser la perte de récolte, une assurance rembourse les préjudices causés par lièvres, chevreuils et sangliers.
Cette assurance est financée par la carte de chasse et la gestion est assumée par la Fédération des Chasseurs. Coût : 2 euros par carte soit 14800 euros dans notre département et cette somme ne suffit plus.

Cependant, si le plan de chasse maintient une quantité de gibier conforme aux engagements, l'assurance ne paie pas les dégâts considérés comme « normaux ». On se doute que tous les agriculteurs ne sont pas de cet avis ....

Pour avoir une idée de l'accroissement important du grand gibier, il faut savoir que le nombre de chevreuils à éliminer cette année, dans les Deux-Sèvres, est de 3800 !

chevreuil_bouche_ouverte   chevreuil_de_face_hiver

Autre sujet de discussion d'actualité entre chasseurs et agriculteurs : les jachères et leur disparition annoncée pour cause de manque de céréales!
Les chasseurs financent les agriculteurs pour que certaines de leurs jachères imposées soient composées de végétation adaptée à la faune sauvage. La disparition des jachères porteraient un rude coup à la reproduction naturelle et à la protection de toute une variété d'animaux.

fleur_de_jachere_avec_abeille

Prochain épisode : avenir de la chasse